Pourquoi c’est à l’entreprise de faire le premier pas vers ses salariés-aidants

8

Congé proche aidant

La loi sur l’adaptation de la société au vieillissement a introduit la définition de l’aidant dans le cadre du Code du travail et a modifié en l’assouplissant le congé de soutien familial et en le renommant le « congé de proche aidant ».

Je ne sais pas si ceci a été obtenu de haute lutte par Madame Laurence Rossignol, mais ce sont deux points positifs à mon sens qui visent les 4 millions de salariés-aidants en France.

En attendant le décret d’application qui détaillera les modalités de demandes du congé de proche aidant, il y a une simple question qui me vient à l’esprit : quand et comment l’entreprise va informer ses salariés de ce nouveau « droit » ? 

Pour moi, c’est à l’entreprise de prendre l’initiative de prévenir ses salariés. 

  • Elle peut le faire par une simple communication émise par la direction des ressources humaines. 
  • Elle peut le faire par le biais des représentants du personnel après leur en avoir parlé, comme l’explique très bien le guide ORSE-UNAF destiné aux entreprises et qui traite des salariés-aidants. 

Mais dans les deux cas, selon moi, c’est à l’entreprise de prendre l’initiative de cette information. Quand on lit dans des enquêtes (par exemple dans une enquête récente menée par la Macif et l’Unaf sur les salariés-aidants) que plus d’un salarié sur deux considère que dire au sein de son entreprise qu’il est aidant peut nuire à son emploi ou à sa carrière, quand moins d’un salarié sur 4 dit en avoir parlé avec son responsable direct ou avec la direction des ressources humaines, il y a bien un « problème » de confiance entre le salarié-aidant et l’entreprise. Lever ce problème de confiance n’est pas facile. Mais ce nouveau congé de proche aidant est une bonne occasion d’aller dans ce sens. 

D’autres « premiers pas » sont possibles et cette liste de 10 initiatives que pourraient prendre les entreprises ne sont pas toutes hors de portée, comme par exemple mettre à disposition la liste des liens avec des sites d’aidants et d’informations, ou encore organiser des séances de sensibilisation des salariés sur le rôle d’aidant, ou encore sensibiliser les managers aux difficultés des salariés-aidants à concilier travail et rôle d’aidant, et leur donner les conseils d’écoute de leurs collaborateurs et d’aides à apporter. 

En attendant ces autres pas, espérons que les entreprises informeront rapidement leurs salariés de ce nouveau droit qu’est le congé de proche aidant. 

Robert S.

Partager

8 commentaires

  1. Il y a des exemples d’entreprises américaines qui pourraient être suivies chez vous, sûrement.
    Mais cela reste difficile pour des millions d’aidants américains.

  2. 5ème roue du carosse le

    Encore un décret qu’il faut attendre là encore. Les directions du personnel auront beau jeu (et peut-être raison) d’attendre le décret pour pouvoir donner une information complète…

  3. j’ai pris un congé solidarité familiale en 2012 et lorsque j’en ai parlé à ma drh, elle n’en avait aucune connaissance, c’est moi qui lui en ai parlé, lui ai expliqué le détail, lui ai transmis les lien des textes officiels etc… de nos jours, dans les entreprises, les salariés en bas de l’échelle sont considérés comme "masse salariale" avec tout ce que cela induit vis à vis de la masse. interchangeables, corvéables, des personnes dont on se débarrasse au moindre problème.
    que l’entreprise fasse en sorte de conserver dans ses rangs ses salariés les plus en haut de l’échelle je veux bien l’entendre mais pour ceux qui sont tous en bas, je doute…
    un salarié qui a un problème est un salarié qui pose problème.
    déjà que les drh hésitent à embaucher une femme qui n’a pas encore d’enfants par peur qu’elle ne se mette en congé maternité, alors parler du congé proche aidants…
    l’entreprise n’a pas pour vocation de faciliter la vie (privée) de ses employés, même si il est évident qu’elle y gagnerait à être moins maltraitante.
    de plus la loi n’oblige en rien l’employeur à accorder des souplesses à l’employé. si celui-ci souhaite prendre le congé à plein temps c’est facile il suffit de le remplacer mais pour le congé fractionné, l’organisation et les changements de services imposés ne vont pas faciliter les choses…

    • 5ème roue du carosse le

      "un salarié qui a un problème est un salarié qui pose problème."
      Tout est dit dans cette phrase, on ne peut pas mieux résumer hélas.

      • Eh oui, "tout est dit" dans cette phrase, du moins au niveau individuel, cela d’autant que les
        DRH ont me semble t-il, suivant les
        entreprises, plus ou moins les coudées franches .
        Reste le niveau collectif au plan local et national à savoir les partenaires sociaux ( organisations
        patronales et syndicales) .
        Il y a sans doute encore un long chemin à parcourir avant que le monde du travail prennent vraiment en compte "les salariés-aidants" mais, certes à petits pas, mais cela avance…. et pas uniquement au sein des entreprises.
        Outre le dossier de ce site " soutien des salariés-aidants par l’entreprise", le guide "Orse" et autres…, une des missions 2016 de France Alzheimer est une étude sur les "salariés-aidants".

        • 5ème roue du carosse le

          Bonjour Catelyne, tu sais où on peut lire les travaux de France Alzheimer sur cette question?
          Sinon, ça avance à tous petits pas comme tu dis, et je me disais que si les caisses de retraite qui font des actions VERS les aidants faisaient en même temps des actions AVEC leurs propres salariés d’aidants, ce serait bien. Je ne les cite pas, mais il y a des sites de caisses de retraite ouverts aux aidants, mais je n’ai rien vu sur ce congé de proche aidant, ni une seule mise à jour annonçant que le congé de soutien familial était remplacé par le congé de proche aidant. Faut dire aussi que ces mêmes sites de caisses de retraite ont été plutôt discrets sur la nouvelle loi !

          • Bonjour Princesserouge,
            C’est une étude en cours qu’on ne peut donc pour l’instant pas consulter.
            Par contre rien ne nous empêche de faire part de nos suggestions au
            Responsable du Pôle social de FA
            en charge de cette thématique.
            Cela dit, tu as tout a fait raison de dire que cette thématique concerne aussi les caisses de retraites et de prévoyances.
            A propos, il y a aussi l’enquête de la Macif.
            Espérons que la conjugaison de toutes ces dossiers, études et enquêtes feront un tant soit peu avancer, dans le concret, la "reconnaissance" des salariés-aidants et des "aidants en général.

          • Moi aussi je l’espère Catelyne ! Oui, on a tout à gagner de donner nos idées ou nos questions à tous ceux qui travaillent sur ce thème. D’ailleurs, la Maison des aidants, vous êtes vous aussi en contact avec France Alzheimer ? Ou vous ne devriez pas l’être pour donner vos idées ?

Votre commentaire

X