La Journée Nationale des Aidants pourquoi c’est important ?

8

La Journée Nationale des Aidants pourquoi c'est important !

En 2010, le Ministre Eric Woerth et la Secrétaire d’Etat chargée des Aînés Nora Berra, instituent la Journée Nationale des Aidants.

Le slogan affiché de cette première édition est « Merci au 3,5 millions d’aidants familiaux qui accompagnent chaque jour un proche malade, âgé ou handicapé ».

3,5 millions… On ne considérait alors que les aidants d’une personne âgée. On était encore dans une phase de prise de conscience.
Le chiffre de 8,3 millions d’aidants était pourtant connu depuis 2008 : la DRESS* avait cette année là produit la première étude quantitative et qualitative de portée nationale sur les aidants, englobant le champ de la maladie, du handicap et de la vieillesse.

Mais la représentation de l’Aidant était encore en 2010 fortement liée à l’accompagnement du grand âge et de la maladie d’Alzheimer.

En 2015 c’est une association constituée d’acteurs engagés dans l’accompagnement des aidants qui prend le relais des pouvoirs publics pour organiser la JNA.

En 2016, l’affichage de la 7ème JNA porte cette bannière :
« Nous sommes 11 millions à prendre soin d’un proche fragilisé…et vous ? »

On le voit, entre 2010 et 2016 la vision des aidants a évolué. Ce n’est pas leur nombre qui a triplé (même s’il a augmenté) mais la prise de conscience de la société à l’égard de ses membres qui, par leur engagement auprès de leur proche malade, âgé ou handicapé, assurent l’équilibre du système national de maintien à domicile.

La JNA s’ancre dans une tradition, tout en modernisant la vision des aidants :

  • le chiffre de 8,3 millions d’aidants est dépassé et la JNA 2016 valorise 11 millions d’aidants (En se référant au « Baromètre des Aidants 2015 de la Fondation April)
  • par le « Et vous ? » qui termine le slogan, la JNA 2016 interpelle la société tout entière : chacun en effet peut se reconnaître dans les 11 millions qui aident déjà… ou dans ceux qui ont aidé ou aideront un jour. Car rappelons-le, la plupart d’entre nous ont été, sont ou seront aidants … mais seulement 3 personnes sur 10 sont sensibilisés à la question des Aidants d’après le Baromètre évoqué plus haut…

Cette 7ème édition de la JNA nous rappelle que la question des Aidants doit devenir de plus en plus l’affaire de tous.

Certes, il est du rôle des pouvoirs publics de soutenir les Aidants (Revalorisation de l’APA qui soulage d’autant les Aidants, et droit au répit ont été prévus par la loi ASV du 28 déc.2015. Financement d’actions d’accompagnement, etc…).

Mais on reste dans un contexte financier tendu, et l’on est loin des systèmes modèles prévalant dans quelques pays d’Europe du Nord.

Il est donc important que les acteurs sociaux concernés prennent le relais des pouvoirs publics pour que le soutien aux aidants passe aussi par leur reconnaissance concrète :

  • Prise en compte de leur rôle et de ses conséquences par les personnels et les institutions de santé,
  • Ecoute et considération par les professionnels de l’aide à domicile,
  • Compréhension de leurs attentes par les établissements d’accueil  (de personnes âgées et de personnes handicapées)
  • Respect de la part des institutions qui gèrent les aides destinées aux personnes qu’ils aident (de l’APA à la PCH, en passant par les aides au logement ou aux organismes tutélaires…)
  • Prise en compte par les entreprises de leurs salariés-aidants, en mettant en œuvre des actions ciblées de care-management
  • Innovations et développement d’une offre qui répondent vraiment à leurs besoins

Beaucoup d’Aidants le disent : ils se sentent parfois plus épuisés par un système qui ne les connaît ni ne les reconnaît… que par l’aide qu’ils apportent à leur proche.

C’est donc pour cela que la Journée Nationale des Aidants est importante ! Aucune reconnaissance n’a jamais été « instantanée » : rappelons qu’historiquement, de grandes associations aujourd’hui reconnues et connues de tous, ont dû se battre pour faire entendre leur voix et défendre leurs intérêts et ceux des personnes fragilisées par la maladie ou le handicap.

A la Maison des Aidants, aux côtés des acteurs engagés dans l’accompagnement des Aidants, nous prenons part à cette journée et invitons tous les Aidants à visiter le site La Journée Nationale des Aidants.

Nous les invitons également à faire entendre leurs souhaits, attentes ou revendications à l’aide du sondage que nous mettons dès aujourd’hui en ligne.

*Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques

Pascal Jannot
Président fondateur de La Maison des Aidants
Membre du Conseil d’Administration de l’Association pour la Journée Nationale des Aidants.

Vous aussi participez à notre sondage

« Ce que veulent les Aidants »

La 7ème édition de la Journée Nationale des Aidants est l’occasion de faire entendre la voix de 11 millions d’Aidants !

Vous êtes confrontés régulièrement au rôle d’Aidant, nous vous proposons ici d’exprimer vos souhaits et votre avis.

A l’occasion de la JNA, les résultats en seront publiés et bénéficieront de la résonance médiatique qui l’entoure pour faire avancer la cause des Aidants. Ce sondage est anonyme et les réponses que vous fournirez ne seront utilisées qu’à des fins statistiques.

Partager

8 commentaires

  1. Bjr ,faut pas oublier les aidants qui s’occupent des handicapés ,depuis 1980 à maintenant m’occupe de mon mari handicapé ,même une piscine je n’ai pas de réduction ,ou un sport et pourtant je ne travaille plus ,un sport ça aide dans l’usure de l’aidant ,je m’occupe de mon mari depuis l’age de vingt an ,je vieillis maintenant.

  2. Bonjour, J’aide ma maman qui est maintenant en EHPAD. En tant qu’aidante, je n’ai pas l’impression (j’en suis même sûre) d’être écoutée ou prise en considération.

  3. Bonjour à Marie-Françoise et à Gras,
    C’est bien parce que les Aidants ne sont pas suffisamment pris en compte que nous sommes convaincus qu’ils doivent faire entendre leur voix lors de la Journée Nationale des Aidants!
    N’hésitez pas à participer au sondage que nous avons mis en ligne!
    N’hésitez pas non plus à nous adresser vos "billets d’humeur". Nous les publierons dans notre rubrique.
    Enfin si vous en éprouvez le besoin, notre service gratuit Allo-Aidants est à votre disposition.
    Bien cordialement,
    L’équipe de La Maison des Aidants

  4. Bonjour
    J’ai 35 ans et je m’occupe de ma mère tétraplégique qui vit chez moi.
    Je n’ai le droit qu’a 50 heures d’auxiliaire de vie par mois pour me permettre de sortir de mon appartement (ma mère ne pouvant pas sortir et ne pouvant jamais rester seule). Chaque heure de liberté me coute 10 euros de ma poche (c’est ce que les APA ne remboursent pas). Par conséquent , je ne prends jamais la totalité de mes heures sous peine de devoir payer 500 euros par mois juste pour mettre le nez dehors.
    Etant prisonnière de mon domicile, cette situation m’empêche de travailler ( et,comme le statut d’aidant familial n’est pas reconnu par pole emploi, je peux, en plus de ça,être radiée à tout moment de pole emploi car je ne suis pas "en recherche active d’un travail"…. heureusement, que ma conseillère "me tolère" (ce sont ses mots). C’est épuisant.
    Cette situation précaire crée un stress énorme en plus de devoir gérer la maladie de la personne dont je m’occupe.
    Je suis heureuse de tout le temps passé avec ma mère et elle est heureuse aussi… mais pourquoi les aidants n’ont ils pas de statut "légal" ?
    Je me sens hors la loi, alors que ce que je fais, c’est bien, je crois…

    • Bonjour Jane,
      Souhaitez-vous faire le point sur les difficultés que vous évoquez, avec un conseiller de notre service Allo-Aidants?
      Si vous pensez que cela peut vous être utile, contactez-nous sur l’adresse mail alloaidants@orange.fr. En nous indiquant votre numero de téléphone. Nous pourrons ainsi vous rappeler.
      Cordialement

      • Merci pour votre lien !
        Mais j’ai déjà retourné le problème dans tous les sens avec des associations et des assistantes sociales… je suis dans une sorte de désert administratif et je ne suis pas la seule (heureusement que j’ai des contrats ponctuels dans le graphisme ! )
        Je voulais juste dire que les choses iront mieux, le jour où "aidant familial" sera un statut reconnu et pas seulement un adjectif.
        Pourquoi être aidant familial est une raison d’être radié de pole emploi ? Est ce bien normal ? Est -ce qu’on a le choix ? Estime t’on dans ce pays que s’occuper d’un handicap lourd correspond à des vacances alors qu’on y passe 24h/24 et 7 jours /7 (en plus du boulot de graphiste que je fais depuis chez moi)?!

        Il faudrait aussi rembourser 100% des heures d’auxiliaires de vie au cas où le handicap du proche empêche totalement de le laisser seul…(dans mon cas, il s’agit de tétraplégie avec trachéotomie… par conséquent les auxiliaires de vie sont formés aux soins de trachéotomie et donc, sont plus chers que la plupart des auxiliaires de vie…).

        Bref ! Je m’en sors encore, mais il y’a beaucoup de choses à améliorer pour les aidants…
        J’espère que les journées de l’aidant pourront faire avancer les choses…

    • Bonjour Malki,
      Par souci de rigueur il convient de rappeler que la Secrétaire d’Etat chargée des Aînés était alors placée sous l’autorité du Ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, de même que trois autres secrétariats d’Etat (Politique de la ville, Fonction publique, Famille et solidarité).
      Cordialement

Votre commentaire

X