La richesse de groupes fermés Facebook entre aidants

4

PICTO BH FACEBOOK

Je ne parle que de ma propre expérience, celle de deux ou trois groupes fermés sur Facebook auxquels je participe. Je trouve ces groupes fermés incroyablement riches.

Ce n’est pas l’absence de jugement entre aidants, l’absence de jugement est quelque chose qu’on retrouve partout, que ce soit dans les groupes de paroles, ou les échanges au téléphone sur des plateformes animées par des aidants, ou sur les forums Internet entre aidants.

Ce n’est pas la possibilité de pouvoir vider son sac, c’est quelque chose qu’on retrouve partout, plus ou moins, mais quand même partout.

Ce n’est pas le nombre d’autres aidants qui en font partie. Il y a des groupes fermés facebook avec très peu d’aidants dedans. Par exemple, je pense à l’un d’eux où nous sommes 35 aidants. Dans un forum Internet où je vais aussi, je crois que nous sommes des milliers d’aidants inscrits…

Non, je pense que ce qui en fait la richesse que je ressens, c’est la profondeur des échanges, la réactivité, la bienveillance qui se dégage.
Le groupe fermé, c’est la certitude que seuls les gens admis dans le groupe peuvent lire. Et quand il y a une règle propre au groupe qui fait que tout aidant qui souhaite faire partie du groupe doit d’abord se présenter et être admis par les administrateurs du groupe fermé, on est en totale confiance en quelque sorte. Comme dit si bien une amie,  « c’est ce statut spécial qui nous permet de partager les aspects intimes de nos vies, nos humeurs, nos doutes, nos peurs mais aussi nos joies et nos victoires, sans craindre le jugement ou le rejet de ceux de nos contacts avec lesquels nous n’avons pas envie de partager nos états d’âme.. ». On ne peut pas mieux dire !

Est-ce que ceci explique la réactivité ? Oui, je le pense aussi ! Nous sommes tous aidants, alors nous comprenons à demi-mot ce que dit l’autre, ce qu’il attend ou ce qu’il apporte. Pas toujours besoin de répondre à un appel par un long commentaire, un « j’aime » suffit, ou un sourire suffit. Nous n’avons pas toujours les solutions, loin de là ! (Et d’ailleurs qui les aurait ???). Mais le seul fait de savoir que quelqu’un a lu ce qu’on a mis apporte un soulagement immédiat ou rompt l’isolement qu’on ressent.

Pour finir, la bienveillance que je vois sur tel ou tel groupe, ou sur tel ou tel forum, c’est finalement quelque chose que j’attribue aux administrateurs de ces groupes fermés qui « sélectionnent » les membres à leur entrée, et aux « leaders » de ces groupes ou des forums entre aidants ou des groupes de parole. Si les gens voient la bienveillance des autres, il y a fort à parier qu’ils seront à leur tour bienveillants !

Alors je me dis : est-ce que cela aurait un sens que les plateformes d’échanges au téléphone entre aidants leur proposent de rejoindre un « groupe fermé » propre à la plateforme ? Est-ce que cela aurait un sens que les groupes de paroles physiques auxquels les aidants participent proposent aux aidants qui y viennent de prolonger leurs échanges entre deux réunions en joignant le groupe fermé Facebook propre à ce groupe de paroles ? Est-ce que cela aurait un sens que les sites d’aidants aient leur propre groupe fermé Facebook où tous les adhérents peuvent accéder et s’entraider ?

Je sais, tout le monde n’a pas Facebook, tout le monde n’a pas accès à l’Internet, mais pour ceux qui le peuvent, ce serait génial qu’ils découvrent les mêmes « richesses » que celles que je découvre jour après jour en échangeant avec les autres aidants et en voyant combien nous arrivons à nous soutenir les uns les autres.

Emilie

Partager

4 commentaires

    • Tu as raison Veroq, ce que j’attends quand j’échange avec d’autres aidants, ce que j’appelle "bienveillance" entre aidants, ce que j’ai vu et expérimenté avec des groupes de paroles, ou bien des échanges par téléphone avec une association d’aidants, ou encore ce que je ressens quand je suis sur un forum d’aidants, tout ca, c’est moi et mes tripes.Ca me rappelle un aidant qui disait sur un forum qu’il continuait d’aller à un groupe de paroles d’aidants, parce qu’il avait besoin de contact physique, de voir une autre personne en face de lui. C’est sur que lui et moi, on n’a pas le même besoin de voir quelqu’un en face de soi 🙂 Je te souhaite une bonne journée 🙂

  1. Ce que beaucoup d’associations (et je pense qu’elles sont de bonne foi) ne saisissent pas, c’est que des aidants sont capables de s’auto-gérer. Il y a plein de forums qui en démontrent la réalité, et les groupes facebook en sont aussi une bonne illustration. Les aidants ne passent pas du temps sur les réseaux sociaux pour juste passer du temps, précisément parce qu’ils n’en ont pas, et qu’ils ne peuvent pas attendre l’éventuelle réponse d’une association à leurs questions. D’ailleurs, combien de sites d’associations d’aidants mettent TOUT SIMPLEMENT une rubrique Questions/Réponses où tout le monde peut lire la question posée, et la réponse apportée par l’assoc. 8 millions d’aidants, autant de cas particuliers, mais ce n’est pas une raison de ne pas mettre la question et la réponse, cela incitera d’autres aidants à poser leurs questions…

    • Jean-François le

      Cette idée consistant à mettre les questions des aidants et les réponses apportées est une excellente idée. Dans le même ordre d’idées, les réponses apportées pourraient très bien être une sélection par le site d’aidants des réponses apportées par d’autres aidants.

Votre commentaire

X