Le dialogue est-il rompu ?…

3

Il faut toujours du temps aux sociétés pour s’adapter à leurs propres changements. Il en faut encore plus lorsque l’application de mesures qui concernent l’adaptation de la société au vieillissement est reportée toujours plus loin…
Il s’agit pourtant d’un changement majeur qui impacte aussi l’économie. (voir à ce sujet la déclaration du Président de l’Association Médicale canadienne qui n’a pas hésité à relier directement politique de soutien aux Aînés et à leurs Aidants et santé économique du pays).

Or la France donne l’impression de perdre du terrain dans cette prise de conscience et dans les politiques qui devraient en découler. Et surtout, on a le sentiment que le dialogue entre les responsables politiques, économiques et « le terrain » qui, dans un passé encore proche, semblait vouloir s’instaurer est aujourd’hui distendu.

Dans un billet d’humeur la semaine dernière, RobertS observait que dans le schéma illustrant le baromètre de la santé et du bien-être au travail publié par Malakoff-médéric, l’icône manquante était celle de l’aidant, malgré les 20 % de salariés-aidants.

Ces derniers temps, des Aidants ont questionné la représentativité de l’Association Française des Aidants, à travers billets d’humeur et commentaires (Princesse Rouge le 16/01 et le 22/01Emilie).

Enfin, le communiqué de presse de l’association « Aider nos parents » interpelle très directement Madame Rossignol sur le défaut d’écoute et de concertation avec les personnes concernées.

Ce sont ces « petits coups de pinceaux » qui s’expriment dans l’actualité qui construisent une impression, trop ténue encore pour être une analyse… Et l’impression partagée cette semaine à la Maison des Aidants – Aidants en Mouvement, est que l’écart se creuse :

  • entre l’enjeu et les actes,
  • entre les déclarations et les actes,
  • entre les Aidants et les institutions.

La question des Aidants est une question sociale, sociétale, économique, de santé publique…
Celle des salarié-aidants est transversale à toutes les questions qui préoccupent les entreprises :

  • santé au travail,
  • articulation vie professionnelle/vie privée,
  • Responsabilité sociale de l’Entreprise (RSE),
  • Risques psycho-sociaux (RPS),
  • Egalité Hommes/Femmes,
  • Performance…

Et pourtant il semble que l’on reste en France dans un entre-deux : certes des soutiens aux Aidants, mais pas encore une une politique…

Je n’ose pas dire que l’on stagne… quoique… tout dépend de l’échelle de mesure que l’on adopte.

Pascal Jannot

Partager

3 commentaires

  1. Je vous dis bravo pour cet éditorial, et je fais juste commentaire suivant: en 2007, le précédent président de la république avait promis de faire quelque chose sur l’aide à la dépendance, l’aide aux aidants, puis 2011 a été l’arrêt brutal pour cause de… crise financière. 2012 a vu refleurir les promesses, puis une loi sur la dépendance a été promise pour 2014, puis 2014, puis 2015, et on en est rendu maintenant à 2016. Tous ceux qui suivent de près ces aspects savent que les décrets d’application seront une douche froide et une usine à gaz lorsqu’ils seront publiés… Alors dialogue distendu ? Forcément, puisque nous allons de reculs en reculs, de mensonges par omission et de manque de pressions organisées.

  2. Mais qui nous défend? qui nous représente? qui défend nos intérêts? qui plaide notre cause auprès des politiques qui votent les lois (et les crédits) supposés nous venir en aide? qui s’insurge de ces reports, de ces demi-mesures? à part les associations de patients, mais chacun prêchant pour sa paroisse, sans concertation commune, ni poids suffisant, pas d’écoute ni d’entente.
    alors oui le dialogue est bel et bien rompu mais a-t-il commencé un jour?

Votre commentaire

X