Lire entre les lignes, je ne sais pas faire, je suis aidante et c’est déjà beaucoup

25

Dans la Gazette des communes, http://www.lagazettedescommunes.com/425553/loi-vieillissement-que-disent-les-premiers-decrets-dapplication-sur-les-ehpad, on dit qu’il y a «u n total de 47 textes d’application dont 18 décrets en conseil d’Etat », que « 80% de ces textes devraient être publiés d’ici le mois de juillet 2016. Et que d’ici fin janvier devraient paraitre :

  • Un décret relatif à la conférence des financeurs de la perte d’autonomie
  • Un décret relatif à la réforme de l’allocation pour l’autonomie (APA) pour une entrée en vigueur au 1er mars 2016
  • Un décret en conseil d’Etat relatif aux concours financiers APA2 et conférences des financeurs
  • Un arrêté relatif au montant 2016 attribué aux conférences des financeurs
  • Un décret relatif au cahier des charges national des services d’aide et accompagnement à domicile (SAAD), pour une entrée en vigueur au 1er juillet 2016

C’est là où il faut savoir lire entre les lignes :

  • on nous parle désormais des décrets qui peuvent paraitre jusqu’au mois de juin 2016 (pour une mise en application de la loi au 1er janvier, cela se pose là !)
  • le décret sur la réforme de l’APA ne veut pas forcément dire qu’il s’agit à la fois des décrets sur les nouveaux plafonds de l’APA

ET ceux sur le répit et l’hospitalisation de l’aidant. C’est là où nous, les aidants, nous allons voir la « vraie place » que le gouvernement nous accorde ! Et rappelez moi le nom de l’association d’aidants qui a l’habitude de dire que l’aidant doit rester à sa « juste place » ?

Princesserouge, désabusée et écoeurée de tant de manque de considération pour les aidants

Partager

25 commentaires

  1. "Et rappelez moi le nom de l’association d’aidants qui a l’habitude de dire que l’aidant doit rester à sa «juste place» ?"
    Il faut donc sûrement attendre la sortie du décret sur l’APA, mais on risque effectivement d’être à nouveau considérées comme la dernière roue du carosse si rien ne parait sur le répit des aidants, leur hospitalisation…

  2. Tout ça, c’est politique et bla bla bla. Ils diront qu’ils ont tout fait pour nous. Je ne comprends pas qui est l’association qui parle de juste place pour les aidants ???

    • Vous avez raison, la fin de la phrase est "publiés d’ici le mois de juillet 2016".
      Ce qui me met en rogne réellement, car si on imagine que les décrets pour les aidants ne sortent qu’en juillet, ce sera dans ce cas même pas 1000 ou 2000 aidants qui pourront avoir accès au répit avant la fin de l’année. Les 78 millions prévus, maintenant qu’ils ne sont pas affectés au seul répit, peuvent très bien être utilisés par la CNSA et les départements à d’autres prestations. Et de là à penser que la ministre avait déjà décidé avant le vote final de la loi d’utiliser cet argent pour autre chose que le répit…

  3. Il y a une autre citation pas mal:
    "On devrait fonder une chaire pour l’enseignement de la lecture entre les lignes"…
    C’est d’un Monsieur Léon Bloy. J’ai vu ça sur Google !!!

  4. Il y a aussi dans le même esprit cette citation de Peter F. Drucker: "la chose la plus importante en communication est d’entendre ce qui n’a pas été dit".
    🙂

  5. "Apprendre à lire entre les lignes" c’est bon pour le spersonnes pas concernées. Mais comment demander à des aidants, concernés, à lire les effets d’annonce et en même temps de se dire que ce qu’ils lisent ne sera pas réalisé ? Comment demander à un aidant de lire l’instauration de son "droit à répit" et de réfléchir immédiatement à l’ensemble des raisons qui feront qu’il n’y aura pas droit ?
    La loi devrait être mise en placepour 2013, puis 2014, puis mi-2015, puis le 1er janvier 2016 avec rasserez vous les décrets d’application, maintenant la loi est bien là, mais les décrets ne le sont pas. On a une loi en vigueur, sauf que les départements ne sont pas tenus d’être prêts avant le 1er mars. Et tout ce qu’on sait, c’est que les "principaux décrets" seront publiés au 1er janvier, sinon en janvier.
    Pour un aidant, un décret "principal", ce n’est pas franchement le socle des prestations en ehpad 🙁 Et pour l’instant, rien de concret sur le décret sur le répit et l’hospitalisation. Est-ce un décret "principal" aux yeux de la ministre ?
    Je vous le dis, impossible de prendre du recul quand on est aidant, maheureusement 🙁

  6. Est-ce qu’il serait possible que ce site (la maison des aidants) conseille les aidants sur la meilleure démarche à suivre pour obtenir ce droit à répit ?

  7. Ce qu’il nous faudrait, parce qu’on a vraiment autre chose que ça à lire entre les lignes, c’est un document clair, qui indique aux aidants comment demander au département la révision de la situation de la personne dont on s’occupe. Plus on sera à adresser une telle demande au département, plus il y a de chances que ça bouge. Mais il faut en même temps bien mettre toutes nos chances de notre côté. D’où un document qui explique bien ce que nous devons faire, et comment le faire. L’association AIDES avait fait un tel document il y a plusieurs années, avec même le concours financer de la CNSA! Il faut arriver à faire un truc aussi bien pour aider les aidants.

  8. Est-ce que vous avez tous compris que le droit au répit serait soumis au ticket modérateur comme l’est l’APA ? Et d’ailleurs, est-ce que quelqu’un sait si la somme en cas d’hospitalisation (992 euros) serait de la même manière soumise au ticket modérateur ? Je suis perdue entre les informations et … les lectures entre les lignes!!

    • Cela peut très bien être le cas. Le droit au répit et l’hospitalisation font partie de la réforme de l’APA. Même si les pouvoirs publics n’ont jamais évoqué cela concrètement, ce n’est pas à exclure. Mais là à nouveau, il nous faut attendre les décrets d’application. Il est à craindre que si on appelle un CLIC aujourd’hui, le CLIC soit dans l’impossibilité de répondre sur les procédures, faute de ces décrets.

  9. Quelques réflexions que je soumets à la sagacité de chacun !
    Laurence Rossignol a dit que les départements devraient être prêts au 1er mars. Je ne crois pas que l’informatique se prête à des délais courts type 1 mois pour faire le cahier des charges, modifier les programmes, tester les modifications et s’assurer que tout fonctionne alors qu’il y a 750 000 personnes à domicile qui sont traitées chaque mois par ces programmes APA.
    En relisant ce que la ministre a dit à propos de la date du 1er mars, je vois qu’elle a dit en fait que les départements ne pourraient pas refuser de traiter les demandes de révision APA dans le cadre de la nouvelle loi. "Non opposable" est l’expression qu’elle a utilisée.
    Si l’exercice de lecture entre les lignes s’applique, on peut alors imaginer que seule la modification du ticket modérateur serait opérationnelle au 1er mars, s’il ne s’agit que de modifier une formule de calcul ?
    Cela donnerait plus de temps aux départements pour modifier les programmes et intégrer les nouvelles mesures, en partant du principe que le temps que les révisions de situation soient faites (délai de 1 à 2 mois pour faire la visite après la demande ?), instruites (sans doute deux mois ?), on se retrouve à fin juin pour les premiers paiements par les départements…

    • Vous savez quoi ? Je vais changer de nom, je vais m’appeler désormais 5ème roue du carosse… Cela me parait plus réaliste…
      Même si c’est pas agréable à lire ce que vous avez écrit, je crois que malheureusement, vous allez avoir raison. Je ne serai jamais faite pour ces exercices de devinettes entre es lignes, mais cela est honteux quant on pense à tous les gens qui espèrent que cette nouvelle loi leur apporte au moins un petit plus.

  10. Une remarque que je crois importante : la loi stipule que l’ensemble des révisions de situation des personnes concernées selon les critères du décret doivent être faites d’ici le 1er janvier 2017 (le décret doit indiquer les GIR concernés, vraisemblablement GIR ET GIR2, et à quel seuil minimum de montant d’aides). Les personnes correspondantes qui n’auraient pas eu leur nouvelle évaluation de situation auront automatiquement une augmentation de leur aide APA, en fonction du GIR où elles sont.
    Les législateurs ont bien fait de mettre une date limite à la révision des situations, mais ils ont oublié un effet majeur qui touche directement les aidants : s’il n’y a pas de révision de la situation, donc pas de nouvel examen de la situation en intégrant cette fois-ci l’éventuel besoin de répit de l’aidant, cela signifie que l’aidant n’a toujours pas d’attribution éventuelle dans le nouveau plan d’aide du droit au répit, et son corollaire, pas de prise en charge de l’aidé en cas d’hospitalisation de l’aidant. Ceci sera extrêmement pénalisant pour les aidants des personnes qui n’auront pas eu la révision de leur situation d’ici fin2016, et pourtant qui attendent la possibilité de bénéficier d’un répit dès 2016

    • L’article de la loi dit:
      Article 93
      I. – Il est procédé, au plus tard avant le 1er janvier 2017, au réexamen de la situation et des droits des personnes bénéficiant de l’allocation personnalisée d’autonomie à cette même date et dont le montant du plan d’aide excède un seuil fixé par décret. Sont réexaminées en priorité les situations des personnes dont le degré de dépendance est le plus élevé.
      Au terme de ce délai, les personnes mentionnées au premier alinéa dont la situation n’a pas été réexaminée bénéficient, jusqu’à la notification de la décision du président du conseil départemental, d’une majoration proportionnelle du montant de leur plan d’aide, selon des modalités fixées par décret.
      II. – Avant le 1er janvier 2017, la situation des personnes bénéficiant de l’allocation personnalisée d’autonomie à la même date et qui ne relèvent pas du I du présent article fait l’objet d’un réexamen au regard du droit prévu à l’article L. 232-3-2. Sont réexaminées en priorité les situations des personnes dont le degré de dépendance est le plus élevé.

    • Mais comment il faut se faire comprendre, comment il faut leur dire que c’est tout de suite qu’on a besoin des aides, pas à la saint glein glein… Il faudrait encore attendre jusqu’à juin ou juillet? et si on nous explique alors qu’il faut encore un peu de patience, et que cela viendra en septembre ? C’est révoltant.

  11. Nouvel exercice de lecture entre des lignes (sachant que c’est juste un twitt, donc il n’y a même pas de lignes!) : la ministre aurait à la journée ocirp hier que les décrets de la loi serait publiés d’ici fin juin…
    http://www.ocirp.fr/webp/Portail/Actualites/%28news%29/15689
    En décembre, les décrets seraient prêts et publiés avec la loi, puis début janvier les décrets seront prêts d’ici fin janvier, et maintenant qu’on est presque fin janvier, les décrets seront publiés d’ici juin. Ca glisse (c’est normal, c’est le temps de saison)

    • 5ème roue du carosse le

      Oui, ça glisse, ça glisse.
      Et en même temps, je veux encore croire que les décrets sur l’apa, le répit des aidants, leur hospitalisation, tout ça sera bien publié fin janvier et qu’on pourra s’organiser pour en bénéficier !

      • en définitive, rien d’autre à faire que d’attendre. Et sois "constater" que nous nous sommes fait des frayeurs pour rien, ou constater que malheureusement, on avait bien senti le truc venir. 5ème roue du carrosse, Princesserouge a raison! Et dommage que les associations d’aidants comme l’AFA ne prenne pas posiiton officiellement comme l’a fait récemment France Alzheimer.

Votre commentaire

X