Où est le bouche à oreilles des salariés-aidants ?

3

Bouche à oreille dans entreprise

En lisant pas plus tard qu’hier un texte sur une expérience américaine (certes c’est une expérience américaine…) qui montre le succès d’initiatives prises par des salariés-aidants eux-mêmes dans leur entreprise, je me faisais la réflexion que finalement je n’avais aucune idée du bouche à oreille que se faisaient les salariés-aidants entre eux au sein de la même entreprise.

Pourtant, je fais des réunions de sensibilisation destinées aux salariés-aidants, il y a entre 20 et 30 participants à chacun de ces réunions, et je me rends compte que jamais ni la DRH, ni moi-même n’avons posé cette simple question aux participants : « et vous, si vous connaissez un collègue qui est aussi en situation d’aidant, est-ce que vous avez entendu et partagé aujourd’hui vous allez en parler à ce collègue et l’inciter à venir la prochaine fois ? ».

C’est une question simple et à la fois brutale : parce que si aucun participant ne souhaite parler à un ou d’autres collègues qu’ils connaissent de ce qui est fait pour aider un salarié-aidant, le verdict est immédiat : nous devons revoir notre copie, car ce que nous proposons ne correspond pas au fond de ce qu’attendent les aidants. Robert S.

Partager

3 commentaires

  1. Je peux vous répondre en ce qui concerne ma propre boite. Aucune initiative utile de la part de notre DRH, refus de cette même DRH d’écouter des suggestions faites par des collaborateurs aidants, je peux même rajouter aucune écoute de la part des gens du marketing alors même qu’ils proposent des services d’aides à leurs clients aidants… Et compte tenu du cloisonnement des départements, je connais en tout et pour tout quatre salariées qui sont aidantes aussi. Quatre sur sans doute autour de 1000 aidants parmi les salariés de ma boite. Le CHSCT n’a jamais repris quelques suggestions que j’avais faites, et quant au CE, il y a bien un représentant du personnel qui m’a écoutée, mais les bras me sont un peu tombés quand j’ai vu qu’il ne comprenait rien à ce que je décrivais des aidants, et qu’il m’a dit une phrase du type: "oui, je comprends bien, mais vous savez, il y a tellement de choses que l’entreprise ne fait pas pour tout le personnel, il faut commencer par là". 🙁

    • Justement, parmi ces 4 aidantes que vous connaissez, il y en a une, ou deux, ou les quatre, avec qui vous pourriez former en quelque sorte un groupe d’aidants et parler entre vous? Si vous êtes 4 par exemple à faire la même demande à la DRH, ou au CHSCT, est-ce que cela peut avoir plus de poids ? Quelque chose qui serait possible selon vous dans votre entreprise ?

      • Il y a une collègue aidante que je connais suffisamment bien, je peux commencer avec elle, mais les deux autres, je sais qu’elles sont aidantes ou ont été aidantes, mais je n’ai pas eu de contact récent avec elles.

Votre commentaire

X