Réseau social…de vigilance

7

Photo ASV 1

En décembre 2014, quand le premier ministre a mis en place son agenda des réformes, et que la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement (la loi ASV) se retrouvait avec une mise en application au 1et trimestre 2016, il y a eu de nombreuses réactions disant que ce n’était pas correct, et finalement le gouvernement a assuré que la loi serait mise en application, décrets compris, dès le 1er janvier 2016.

Bon…

Et puis là, la loi ASV ne fait pas partie des lois « prioritaires » que le gouvernement a demandé au Parlement d’examiner dès la session extraordinaire de juillet… Au mieux, maintenant, la loi sera vue en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale en septembre, et il faut toujours croire aux miracles, je sais, et le gouvernement continue à dire que la loi sera votée et les décrets publiés pour fin 2015, afin qu’elle soit entièrement mise en application au 1er janvier 2016.

Alors, c’est une chance, j’avais fait une copie d’écran en janvier ou février dernier de l’agenda des réformes du gouvernement, où c’était marqué en toutes lettres l’application au 1er trimestre 2016. Et surprise (heureuse), en y allant l’autre jour sur cet agenda, je vois que la mention du 1er janvier pour l’application de la loi est bien marquée.

Bon…

Alors j’ai dit à plusieurs amis aidants, je vais aller chaque mois voir sur l’agenda si la date du 1er janvier est toujours mentionnée. Faut croire aux miracles, c’est notre intérêt à nous aidants.

Mais ca empêche pas d’être un peu comme Saint Thomas, et de prendre des copies d’écran chaque mois, juste pour voir si par hasard la date ne change pas…

Et de diffuser autour de nous (d’autres aidants) cette information.

Je sais bien que cette loi ASV ne passionne pas les foules, les aidants ont besoin de réponses immédiates et concrètes, mais l’information ne nuit pas. Et les associations d’aidants sont là pour nous représenter et remonter aux politiques qu’elles rencontrent le « souci » des aidants que la loi ASV soit mise en œuvre dès le 1er janvier 2016, avec le relèvement des plafonds APA (ca va soulager un peu), avec la diminution du ticket modérateur (ca va soulager beaucoup de familles, et permettre même à certaines familles de redemander l’APA), avec le droit à répit (ca va soulager les aidants qui se verront accordés le « droit »), avec le soutien de proche aidant qui va rendre plus facile la prise en compte des horaires modulés ou le temps partiel pour les aidants qui ont en même temps une activité salariée.

Alors tout ca pour dire que chaque mois, je ferai un nouveau montage de photo, avec la photo de décembre 2014 et la dernière photo disponible sur 2015 au 1er du mois. 

Et tous les aidants doués de Twitter, de Facebook, de Google+, ils pourront partager cette photo s’ils le veulent bien.

Emilie

Partager

7 commentaires

  1. Voulez-vous qu’on se joigne à vous pour être certains que nous suivons bien tous l’actualité du délai de la mise en oeuvre de la loi ? L’un de nous pourrait aller voir tous les 1er du mois, un autre irait voir tous les 8 du mois, le troisième, tous les 15 du mois ?

  2. Compte sur nous!
    C’est vrai qu’il faut espérer que la date du 1er janvier 2016 sera tenue, mais quand on regarde ce qui reste à faire entre les deux assemblées de septembre à décembre, décrets compris, et qu’on sait tous que cette période est celle des débats budgétaires difficiles, je n’y crois pas trop. Maintenant, je me dis aussi "quel intérêt pour le gouvernement de donner une fausse information ? est-ce qu’ils peuvent dire qu’ils ont tout fait, mais que la faute est au Parlement ?

  3. L’ex-ministre Michèle Delaunay a dit récemment qu’il faudrait "se battre pour que la loi prenne réellement effet le 1er janvier" et que sa montée en charge prenne moins d’un an.
    Laurence Rossignol avait déjà dit que lamontée en charge ne serait pas immédiate. Il va falloir trouver des axes de pression pour que les aidants s’intéressent et se mobilisent, car ils sont directement concernés sur ces 2 points !!

    • C’est exactement la question qu’il faut poser aux associations d’aidants. En disant bien que c’est Michèle Delaunay qui le recommande elle-même, or ces associations d’aidants ont été au groupes de concertation avec elle, donc elles la connaissent bien.

    • C’aurait été sympathique que l’ex-ministre indique aussi comment elle recommandait de mettre la pression! Se battre, oui, mais comment ?

Votre commentaire

X