• 26 AVR 16
    • 0

    4 – Devenir salarié(e) de mon proche : le Pour et le Contre

    Quels que soient la situation (handicap ou vieillesse) et le lien de parenté avec votre proche, voici quelques exemples d’arguments « pour » et d’arguments « contre ».
    Ce sont les plus souvent évoqués par les aidants salariés de leur proche.
    Mais vous pouvez bien sûr en trouver de nombreux autres, en fonction de votre situation personnelle…

    Pour  :

    • Respecter le souhait de maintien à domicile
    • Eviter ou réduire les interventions de « tiers » au sein de la famille
    • Consolider des valeurs familiales
    • Engagement personnel que l’on souhaite témoigner à son proche en perte d’autonomie
    • L’aide apportée est conforme aux attentes du proche, et à nos propres attentes
    • Travailler à domicile tout en ayant un statut salarié
    • Maintenir le lien familial ou intergénérationnel
    • Etre reconnu comme l’aidant principal et coordonner les soutiens familiaux autour du proche en perte d’autonomie

     

    Contre :

    • Les rôles familiaux peuvent devenir ambivalents (un fils ou une fille s’occupe de ses parents, un père ou une mère prodigue des soins à un fils ou une fille adulte…)
    • Il peut être difficile d’être dans un lien de subordination avec un membre de sa famille
    • La personne aidée, même en salariant son proche, peut se sentir « coupable » de « peser » sur lui
    • Pour l’aidant comme pour l’aidé, la confrontation à l’intimité corporelle peut être une gêne
    • La personne aidée peut se sentir continuellement « sous contrôle » de l’aidant… et inversement
    • Travailler exclusivement au service de son proche peut conduire à une forme de coupure vis à vis de la vie extérieure
    • L’aidant(e) salarié(e) peut ne pas « compter son temps » et aller bien au-delà des heures pour lesquelles il (elle) est rémunéré(e). Avec le temps, cela conduit à un risque d’épuisement.
    • Les autres membres de la famille peuvent se sentir « dédouanés » de toute forme de soutien au proche en perte d’autonomie, laissant ainsi l’aidant salarié supporter seul toute la charge

     

    Retour à l’accueil du mini-guide

     

    Postez un commentaire

Postez un commentaire

Cancel reply