• 09 JAN 17
    • 0

    Salariés-aidants: s’arrêter de travailler pour accompagner un malade: comment marche le «congé proche aidant»?

    Le congés de proche est accessible aux salariés qui veulent aider un proche même s’il n’a pas de lien de parenté.

    Tout salarié-aidants peut désormais prendre un congé de trois mois renouvelable afin de s’occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie, sans justifier forcément d’un lien de parenté.

    Le salarié doit pouvoir justifier d’un an d’ancienneté minimum dans l’entreprise pour avoir droit au congé proche aidant.

    Contrairement à son prédécesseur, le « congé de soutien familial », le nouveau congé a un périmètre de bénéficiaires élargi et s’obtient plus facilement. Il est accessible aux salariés qui veulent aider un proche même s’il n’a pas de lien de parenté.

    Plus de 8 millions de Français soutiennent et accompagnent au quotidien un proche rendu dépendant par l’âge, la maladie ou le handicap. Il peut s’agir d’un membre de sa famille, d’un ami ou un conjoint.

    Ce qui n’est pas sans impact sur la vie professionnelle. 79 % des salariés aidants interrogés au printemps 2016 par l’association France Alzheimer déclarent avoir des difficultés à concilier vie professionnelle et rôle d’aidant.

    L’objectif du congé proche aidant est de permettre aux salariés de mieux « articuler » leur vie professionnelle et familiale.

    Combien de temps dure ce congé proche aidant ?

    Mis en place dans le cadre de la loi du 28 décembre 2015, relative à l’adaptation de la société au vieillissement (ASV), et assoupli par la loi travail d’août 2016, ce congé proche aidant est d’une durée de trois mois, renouvelable une fois. Tout au long de sa carrière, le salarié peut cumuler jusqu’à un an de congé proche aidant au total.

    L’employeur ne peut pas remettre en cause le droit au congé proche aidant. Mais un accord d’entreprise pourra en déterminer la durée, le nombre de renouvellement et les délais de prévenance du salarié.

    Ce congé peut se prendre sous forme fractionnée ou en temps partiel. L’idée étant donc de pouvoir aménager son temps de travail.

    Touche-t-on son salaire lors du congé proche aidant ?

    Le congé proche aidant ne permet pas de toucher son salaire. Mais le salarié conserve son poste au sein de l’entreprise.

    La durée du congé est prise en compte dans le calcul des avantages liés à l’ancienneté.

    Le salarié ne pourra pas exercer une autre activité professionnelle pendant la durée du congé. Mais, sous certaines conditions, il peut être employé par la personne aidée si celle-ci bénéficie de l’allocation personnalisée d’autonomie ou de la prestation de compensation du handicap.

    Comment demander un congé proche aidant ?

    L’employeur doit recevoir la demande de congé un mois avant celui-ci. Mais en cas de dégradation soudaine de l’état de santé du proche attestée par un médecin, le congé peut être pris immédiatement.

    Le salarié doit faire une attestation sur l’honneur « de l’aide apportée à une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou entretient des liens étroits et stables ».

    Le congé ne peut pas être refusé si toutes les conditions requises sont remplies et la demande faite dans les règles.

    Pour renouveller le congé de trois mois, le salarié doit prévenir son employeur quinze jours avant la fin de celui-ci.

    S’il veut par contre y mettre un terme, il devra envoyer à l’employeur une demande de reprise de travail un mois avant la date prévue ou deux semaines en cas de décès de la personne aidée source: lavoixdunord.fr.

    Pour en savoir plus: Ce que veulent les aidants

     

    Postez un commentaire

Postez un commentaire

Cancel reply