Rapport Gillot : les associations d’Aidants entendues !

4

29 recommandations pour renforcer l’aide aux Aidants qui vont dans le bon sens !

Mardi 19 Juin, Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé, Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, et Muriel PÉNICAUD, Ministre du Travail, ont reçu le Rapport de Dominique GILLOT, Présidente du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées.

En octobre 2017, Le gouvernement a confié à l’ancienne ministre de Lionel Jospin, Dominique Gillot, la mission de « trouver des pistes d’amélioration permettant de faciliter l’embauche et le maintien en emploi » des personnes handicapées et des aidants familiaux, qui s’occupent d’un proche âgé ou handicapé.

Dominique Gillot rapporte les résultats d’enquêtes menées par des associations représentatives (APF France handicap, La Maison des Aidants, Parents d’enfants différents, Handi-actif etc.), qui établissent que plus de la moitié des aidants interrogés n’ont pu conserver leur emploi, qu’ils aient été licenciés ou qu’ils soient partis d’eux-mêmes.

Ce rapport présente 29 recommandations dont certaines sont directement issues des entretiens réalisés avec le président fondateur de La Maison des Aidants® Pascal Jannot.

Voici les principales :

– Recommandation 1 : diligenter une étude statistique nationale pour mieux appréhender la réalité et les besoins des proches aidants.

– Recommandation 3 : Mieux accompagner les proches aidants, c’est avant tout :

Réponse aux besoins des aidants

– Recommandation 4 : Ajuster et améliorer la qualité des services à la personne c’est :

  • mieux former, mieux coordonner et rémunérer les professionnels ;
  • tenir compte à travers un contrat moral avec la famille des désirs et du projet de vie de la personne aidée ;
  • établir des contrôles d’évaluation des services rendus.

– Recommandation 5 : définir le cadre national d’une politique publique des proches aidants, déclinable de manière homogène sur l’ensemble territoire

– Recommandation 6 : instaurer une visite médicale du proche aidant par semestre, prise en charge à 100% ainsi que les soins qui en découlent

– Recommandation 8 : étendre la majoration de la durée d’assurance vieillesse aux aidants de proches en perte d’autonomie, qui cessent leur activité professionnelle

– Recommandation 9 : rénover et rendre effectif le congé du proche aidant c’est :

  • le populariser pour diminuer le phénomène de non-recours,
  • porter la durée du congé de proche aidant à un an par personne aidée,
  • assouplir les délais de déclaration du jour de congé pour mieux faire face à l’urgence,
  • permettre au salarié du secteur privé de transformer son congé en période d’activité à temps partiel ou de le fractionner sans délai, sous réserve d’une information préalable de l’employeur,
  • prendre en compte l’émergence des « jeunes aidants » parfois encore en âge scolaire et aménager leur cadre scolaire autant que pré-professionnel.

– Recommandation 10 : garantir un droit opposable au télétravail pour les proches aidants dans le cadre de la reconnaissance de leur statut

– Recommandation 11 : envisager une indemnisation journalière du congé du proche aidant en le calquant sur l’allocation journalière de présence parentale.

– Recommandation 12 : faciliter et simplifier la compréhension des dispositifs existants à destination des aidants

– Recommandation 13 : permettre à chaque salarié de se préparer au rôle de proche aidant en développant des formations mobilisables dans le cadre du CPF.

– Recommandation 16 : essaimer les initiatives innovantes, répertoriées et évaluées positivement:

  • définissant les besoins des proches aidants ;
  • développant les formations d’aide aux aidants ;
  • en accompagnant leur montée en puissance dans ce domaine (formation, échanges de bonnes pratiques).

L'aide aux aidants par la formation

– Recommandation 17 : Généraliser des dispositifs d’auto-formation réciproque aidants professionnels/proches aidants

– Recommandation 18 : promouvoir et développer les dispositifs de relais et de répit sur le modèle du baluchonnage.

– Recommandation 19 : diligenter une étude d’impact global (économique, sanitaire, social, inclusif) de l’indemnisation plus longue du congé de proche aidant.

– Recommandation 21 : définir un statut juridique unique du proche aidant qui ne soit pas tributaire de la situation du proche aidé

– Recommandation 22 : instaurer une représentation des aidants dans les institutions publiques sur le modèle de ce qui existe pour les associations représentatives des personnes handicapée au sein du CNCPH

– Recommandation 23 : Introduire dans les visites médicales des services de santé au travail un questionnement sur la situation d’aidant ou non d’un salarié

– Recommandation 26 : définir le cadre de la Validation des Acquis de l’expérience des proches aidants.

– Recommandation 27 : accompagner les entreprises dans leur prise en compte de la question des aidants

Souhaitons que ces recommandations soient prises en compte et qu’enfin notre société intègre la reconnaissance des Aidants en mettant en place ces mesures indispensables au maintien de la santé des Aidants (Voir le plaidoyer du collectif « Je t’Aide ») et de leur proche.

Un grand « Merci » à Dominique Gillot pour avoir traduit nos préconisations.

Pascal Jannot 
Président fondateur de La Maison des Aidants
Vice président du collectif « Je t’Aide »

Lire le rapport de Dominique Gillot

Partager

4 commentaires

  1. Tout le monde préconise de renforcer l’aide aux aidants, mais concrètement dans les faits, personne ne le fait. Le corps médical continue de nous ignorer et mépriser (tout en nous utilisant parfois jusqu’à l’usure), les services sociaux continuent de mal nous informer, les MDPH et services APA continuent de nous spolier et de nous faire multiplier les démarches épuisantes, les employeurs estiment que ce qui se passe à la maison doit rester à la maison. Alors quoi? Que devons-nous faire (ou faire de plus) afin d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de chacun des acteurs rencontrés sur nos situations complexes ? Catherine

  2. Tout a fait d’accord avec vous catherine ! Les aidants comme les personnes handicapées ou dépendantes ne menacent pas la paix sociale , alors les politiques s’en foutent. JC

  3. moins de paroles plus d ‘actes des propositions qui vont dans le sens des aides pas de textes votés au parlement qui empêchent aux handicapés de vivre dans des logements adaptés décents ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres stop à l’enfumage. Bernard

    • La Maison des Aidants le

      Bonjour Catherine, Bernard et Jean-Claude, vos remarques sont justes, espérons que les mots et ces recommandations, soient enfin entendus et viennent alimenter un débat qui ne fait que réellement commencer ! Pascal Jannot

Votre commentaire

X